Contenu | Menu | Autres menus ?

Accueil
Université de Picardie Jules Verne
Personnels de l'UPJV

Prévention des risques burn-out

Vous êtes ici : Accueil > Vie du personnel > Santé

Les cas de syndrome d’épuisement professionnel ou Burn-out se multiplient. Faire un burn-out, c’est se consumer de l’intérieur. C’est une usure à petit feu qui est engendrée par le travail.  Contrairement aux idées reçues, la première cause d’un Burn-out ne trouve pas sa source dans l’aspect psychologique, mais elle est d’origine physiologique. Le Burn-out est le résultat d’un stress important et répété. Rappelons que le stress est un signal d’alarme pour le corps. L’urgence étant devenue un mode de vie avec pour conséquences un épuisement physique, puis psychique.

En effet, cette fatigue de fond va avoir un impact sur le moral des personnes, engendrant doutes sur leurs compétences, leurs qualités, une dépréciation de soi-même, une irritabilité, des troubles du sommeil….et des conséquences sur la vie privée, sur la vie de famille.

Il est important d’insister, le Burn-out n’est pas un état, mais un processus. Son évolution est lente. Les personnes (et leur entourage), qui sont victimes de ce processus, ne s’en rendent pas compte au début. Progressivement, ils ne se mettent plus de limites. Ces personnes vont avoir tendance à en faire beaucoup, à en faire trop ! Elles vont sans cesse penser à leur travail, se rendre toujours disponible pour le travail et prendre un rythme effréné sans forcément s’en rendre compte. En brisant les limites, elles détériorent leurs liens sociaux avec leur entourage privé et familiale.Elles perdent le contact avec elles-mêmes, pour finalement, perdre le contrôle et ne plus pouvoir travailler.  C’est en quelque sorte un véritable accident du travail, voir une maladie professionnelle. L’Assemblée nationale avait ajouté le Burn-out à la liste des maladies professionnelles, à l'occasion du débat en première lecture sur le projet de loi sur le dialogue social. Le 24 juin 2015, le Sénat a pris la décision de l’exclure de cette liste.

Ce problème est bien connu par le service de médecine de prévention des personnels de l’U.P.J.V. En effet, il n’est pas rare de voir des cadres, des enseignants-chercheurs, etc., qui passionnaient par leurs missions, endossent un grand nombre de responsabilités au sein de l’établissement. Et même, si on leur montre ou leur démontre qu’ils sont déjà dans l’infernale spirale du Burn-out, constatant parfois par eux-mêmes qu’ils sont dans cette situation. Ils ne montrent, ni expriment une réelle volonté d’en sortir, au même titre qu’une addiction. Comme ci, ils étaient obligés d’aller jusqu’au fond pour rebondir. Mais, cela a un coût très élevé en termes de santé et cause parfois de gros dégâts avec l’entourage privé et professionnel. La prévention du Burn-out est aussi difficile que de faire faire un sevrage à un gros fumeur, car elle doit mobiliser la volonté et le désir d’en sortir du patient.
Partager


UPJV

Haut de page